10 août 2012

La part de l'autre


Auteur: Éric-Emmanuel Schmitt, Genre: Contemporain, Pages: 503

Résumé: 8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l'École des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d'artiste ? Cette minute-là aurait changé le cours d'une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde..."

Mon avis: Un mot ? Ouaw ! Je referme à peine ce livre et j'éprouve déjà l'envie d'en écrire l'article. Tellement d'émotions s'entrechoquent dans mon esprit et je préfère vous donner mon avis dans ces conditions, "à chaud".
L'auteur nous explique, à la toute fin du roman, que beaucoup de ses lecteurs avaient été choqués en  se reconnaissant parfois dans le personnage d'Hitler. Ça n'a pas été mon cas. En effet, cela fait bien longtemps que j'ai assimilé l'idée qu'Adolf Hitler, avant d'être un monstre, un fou, le symbole de la cruauté, était avant tout un homme. Donc, bien que dérangée à certains moments, cela ne m'a pas réellement choqué. Non, en ouvrant ce livre, ce que je voulais c'est comprendre. J'ai toujours pensé que l'homme ne naissait pas avec une personnalité établie, fichée, dictée mais se construisait par ses souvenirs, son expérience, son éducation, ses chocs. Et cette vie parallèle que nous propose ici l'auteur m'a paru tout à fait probable, nous présentant Hitler tantôt comme l'être méprisable qu'il était, une biographie apparemment très approfondie par l'auteur, tantôt comme ce qu'il aurait pu être en étant pris aux Beaux-Arts, un homme simple et attachant. Double vie qui étaye ma théorie. Ce que je voulais donc comprendre dans ce livre, c'est comment ? Comment un être humain, ordinaire et normal de naissance, a pu développer cette personnalité terrible qui a causé tant de souffrance ? Comment un homme constitué de deux bras, deux jambes, un cerveau, un cœur est-il devenu ce qu'il est devenu ?
Au fil de ma lecture, je me suis sentie légèrement nunuche: à la fois écœurée devant l'histoire véritable d'Hitler, et ravie devant la vie fictive d'Adolf. L'auteur a su peindre une histoire tout à fait plausible sans caricaturer le "bon" du "mauvais" de ce personnage malheureusement historique. Et bien que fataliste sur notre réalité, c'est aussi un message d'espoir: l'homme ne nait pas mauvais, il nait simplement humain.
Mais, conclusion: l'auteur a-t-il réussi à me faire comprendre comment Adolf est devenu Hitler ? Je le crois bien .. Ce n'est qu'une théorie, Schmitt n'a pas connu Hitler et ne peut donc pas possédait une vérité absolue dans son roman, mais je pense avoir réussi à cerner ce personnage. J'étalerai bien toute ma prise de conscience dans cet article mais je ne voudrais pas vous spoïler. Alors je ne peux que vous conseiller vivement de lire ce livre, de décortiquer sans état d'âme celle de ce dictateur et de comprendre le fonctionnement de l'humanité.

Ma note: 5/5

Citations: Avec bonté, Freud assistait à la deuxième naissance de ce garçon. [...] un adolescent s'était couché sur son divan, un homme s'en relèverait. Un spectre disparaissait, le spectre de ce qu'aurait pu être Adolf Hitler sans thérapie. "Un malheureux sans doute, pensa Freud, un criminel peut-être. Qui sait ? Allons, ne nous flattons pas trop."
• Ils pouvaient devenir camarades, mais plus amis; camarades car la camaraderie n'est que le partage d'une situation commune; plus amis car l'amitié suppose qu'on s'aime pour ce qu'on a de différent non pour ce qu'on a de commun.
• "- Le problème de l'homme c'est qu'il s'habitue à tout.
- Tu crois ?
- On appelle même ça l'intelligence."
L'homme et la femme ne s'aimeront jamais aussi authentiquement que deux amis parce que leur relation est pourrie par la séduction.
• Un homme est fait de choix et de circonstances. Personne n'a de pouvoir sur les circonstances, mais chacun en a sur ses choix.